Le deal à ne pas rater :
Lit combiné enfant 90×200 cm PARISOT ZOLA
159.99 €
Voir le deal

Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants 2

+13
JM
Electra
Fauvette
Sortcière
Lia
ruth
Manneke
Raph_
Lisetoct
Nordine
Casta
Mike68
Kassandra88
17 participants

Page 38 sur 40 Précédent  1 ... 20 ... 37, 38, 39, 40  Suivant

Aller en bas

Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants   2 - Page 38 Empty Re: Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants 2

Message par ruth Jeu 25 Nov 2021, 18:08

ruth a écrit:Dès aujourd'hui et jusqu'au 8 décembre, la cour entendra des enquêteurs belges.
Leur identité ne sera révélée, bien que la défense s'y soit opposée ces derniers temps.
Les Belges ont refusé ces conditions et la cour a tranché en leur faveur.

Edit : 4 accusés dont S. Abseslam ont refusé sous ce prétexte comparaître avec semble-t-il l'approbation de leurs conseils.
Le Parquet s'est insurgé et ce regrettable état de fait est clos par le Président qui rappelle que cette question a été tranchée : les inspecteurs belges témoigneront bien en visio et anonymisés.Finalement,  les accusés recevront une citation à comparaître qui restera négative et l'audience commence avec beaucoup de retard. La République est bonne fille !

(Live-tweets du procès par Charlotte Piret/Sophie Parmentier, Hélène Sergent, Guillaume Auda,
Aurélie Sarrot)

_____________________________________________________________________________

" Passer pour un idiot aux yeux d'un imbécile
est une volupté de fin gourmet." -   
G. COURTELINE

ruth


Revenir en haut Aller en bas

Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants   2 - Page 38 Empty Re: Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants 2

Message par Kassandra88 Sam 27 Nov 2021, 14:12

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Si quelqu'un est abonné?
Kassandra88
Kassandra88
Administrateur du forum


https://legrele.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants   2 - Page 38 Empty Re: Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants 2

Message par Tristann Sam 27 Nov 2021, 21:05

Procès des attentats du 13 Novembre : les policiers belges sur le gril face aux ratés de l’enquête
Entendu ce vendredi par la cour d’assises spéciale, un policier belge a eu toute les peines du monde à expliquer comment Brahim Abdeslam, un des terroristes du 13 novembre 2015, a pu leur filer entre les doigts. Idem pour un collègue, le jeudi, sur le cas Abaaoud.

Depuis ce jeudi et les premiers témoignages des policiers belges au procès des attentats du 13 novembre 2015, la cour d’assises spécialement composée est tentée par l’uchronie. C’est-à-dire par le désir de refaire l’histoire, à la lumière des lourdes failles révélées par l’enquête. Depuis Bruxelles où ils témoignent anonymement, les membres de la police judiciaire fédérale ne goûtent manifestement guère à cette orientation. Eux, préfèrent l’esquive.

Ce vendredi, le procès s’attarde sur l’un des points les plus embarrassants du dossier. Le 30 janvier 2015, Brahim Abdeslam fait l’objet d’un signalement pour un potentiel départ en Syrie. Le futur membre du commando des terrasses sera interpellé de manière incidente le 16 février pour une infraction routière, puis placé en garde à vue par la police locale de Bruxelles. Les soupçons sont justifiés : le grand frère de Salah Abdeslam vient effectivement de passer dix jours en Syrie, une période au cours de laquelle il sera filmé en train de manier une kalachnikov, séquence que l’on retrouvera dans la vidéo de revendication des attaques du 13 novembre.

« On est d’accord qu’il se moque de vous ? »
Or Brahim Abdeslam va ressortir libre avec une facilité déconcertante de cette audition. Il admet avoir eu des idées radicales mais assure que ce n’est plus le cas. « D’ailleurs je fume du shit tous les jours », argue-t-il, avant d’expliquer qu’il n’a aucune sympathie pour l’État islamique. Lors de son arrestation, il est en possession d’un document intitulé « la permission des parents pour faire le djihad ». « C’est un document qui prouve bien que je suis contre le terrorisme », se défend alors Brahim Abdeslam en se lançant dans une explication alambiquée qui convainc manifestement son interlocuteur.

« On est d’accord qu’il se moque de vous ? » pointe Me Martin Vettes, l’un des avocats de Salah Abdeslam. « Il se moque de la police de Bruxelles, oui », admet l’enquêteur de la PJ « 440 232 779 » dont le service n’était pas à l’œuvre. « Les réponses de Brahim Abdeslam sont assez incroyables, embraye Me Negar Haeri, l’une des avocates de l’accusé Mohammed Amri. Rétrospectivement, elles font froid dans le dos. On avait tout sur un plateau d’argent, tout était à portée de main. C’est extrêmement désagréable à lire. » Le dossier sera même classé.

Des départs supposés en Syrie
Curieusement, alors qu’il a été entendu pour des soupçons de départ en Syrie, il faudra attendre le 14 novembre 2015 et son identification après les attentats pour que Brahim Abdeslam ne fasse son entrée dans la documentation spécialisée de la police antiterroriste belge. « Quels critères faut-il pour rentrer dans votre documentation ? » s’étonne Me Constance Dewavrin, une avocate de parties civiles. « Cela dépend du magistrat de l’époque, en lien avec les services de police. Moi je n’étais pas présent lorsque la décision a été prise », évacue l’enquêteur « 440 232 779 » qui, comme tous ses collègues, dépose depuis les locaux du parquet fédéral belge.

« Et si vous aviez été présent ? relance Me Dewavrin. Je défends deux personnes qui étaient à 2 cm de Brahim Abdeslam quand il s’est fait exploser au Comptoir Voltaire et qui ont besoin de comprendre. » « Je n’étais pas présent, je ne peux pas vous répondre », se défend une nouvelle fois le témoin.

Sur les bancs de la défense aussi on a du mal avec cette option de la défausse. Subtilement, Me Negar Haeri rappelle, procès-verbal à l’appui, que la section antiterroriste de la police fédérale belge (la DR3) a été sensibilisée au cas de Brahim Abdeslam dès février 2015 et que ce service spécialisé a même été invité à analyser ses étonnantes explications. « Moi, je n’ai été informé de ce dossier que le 14 novembre 2015. Je ne représente pas la DR3, c’est le directeur de la PJ de Bruxelles », s’agace l’enquêteur.

Des révélations dans le téléphone d’Abdeslam
Mais il y a encore plus gênant que cette mauvaise analyse des propos du futur terroriste. Quand il est arrêté le 16 février 2015, la police bruxelloise saisit le téléphone de Brahim Abdeslam. Mais elle ne se livre qu’à une analyse très sommaire. Funeste erreur. Après les attentats du 13 novembre, la PJ fédérale demande à retrouver cet appareil qui a entretemps été perdu. Il faudra attendre novembre 2016 pour que les enquêteurs remettent enfin la main dessus et se livrent enfin à une exploitation sérieuse de son contenu.

C’est ainsi qu’ils exhument une conversation privée sur Facebook entre Brahim Abdeslam et Abdelhamid Abaaoud en date du 1er juillet 2014. Les propos sont sans ambiguïté : Abaaoud, qui se trouve en Syrie, encourage son interlocuteur qui semble séduit à la rejoindre « dans l’armée d’Allah ». L’attrait du futur assaillant pour Daech aurait donc pu être décelé près d’un an avant les attaques !

« Ce cafouillage a eu un impact sur énormément de personnes, stigmatise Me Olivia Ronen, l’avocate de Salah Abdeslam. Sur les victimes mais aussi sur celui que je défends. Les choses se seraient passées différemment si le fil avait été tiré. Si on avait eu connaissance de cette conversation à l’époque, est-ce que ça aurait pu changer le cours des choses ? », interroge-t-elle. « Si la conversation avait été exploitée, je peux vous dire que la décision du magistrat aurait vraisemblablement été différente », acquiesce l’enquêteur « 440 232 779 », manifestement mal à l’aise.

L’interpellation manquée d’Abaaoud
Jeudi, son collègue matricule « 446 906 682 » venu déposer sur le parcours d’Abdelhamid Abaaoud avait lui aussi vécu une audition compliquée. Notamment lorsque Me Gérard Chemla, un avocat de parties civiles, était revenu sur un autre raté de ce dossier : en janvier 2015, comme la commission d’enquête parlementaire française sur les attentats l’a mis en lumière, une mauvaise coordination entre les polices belges et grecques a hypothéqué les chances d’interpeller Abdelhamid Abaaoud à Athènes.

À l’époque, le djihadiste belge pilote à distance la cellule de Verviers mais sa présence a été repérée. La police belge est censée prévenir son homologue grecque avant de lancer son assaut. Elle ne le fera que quinze minutes avant l’opération. Beaucoup trop tard. Abdelhamid Abaaoud a eu le temps de s’échapper et ne réapparaîtra en Europe qu’à l’été pour coordonner l’attentat avorté du Thalys.

« Je suis là pour vous présenter le dossier des attentats de Paris, l’enquête démarre pour nous le 14 novembre. Je n’ai pas à commenter les résultats de la commission d’enquête », évacue l’enquêteur « 446 906 682 ». « Abaaoud n’apparaît pas dans cette affaire le 14 novembre, vous ne pouvez pas faire l’impasse là-dessus », s’énerve Me Chemla. « Mon mandat c’est le dossier des attentats de Paris. Je ne suis pas là pour faire état des autres dossiers », maintient l’enquêteur.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_____________________________________________________________________________

Éternel nostalgique...
Tristann
Tristann


Revenir en haut Aller en bas

Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants   2 - Page 38 Empty Re: Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants 2

Message par Tristann Sam 27 Nov 2021, 21:21

Dorénavant ça te fera 5€ l'article, prix d'ami profites-en! study @

_____________________________________________________________________________

Éternel nostalgique...
Tristann
Tristann


Revenir en haut Aller en bas

Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants   2 - Page 38 Empty Re: Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants 2

Message par Kassandra88 Dim 28 Nov 2021, 00:07

Tristann a écrit:Dorénavant ça te fera 5€ l'article, prix d'ami profites-en!          study @

Merci Tristann.
Je peux payer en bitcorn?

Me Negar Haeri ... de non élucidé?
Il semblerait que oui.
Kassandra88
Kassandra88
Administrateur du forum


https://legrele.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants   2 - Page 38 Empty Re: Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants 2

Message par Tristann Dim 28 Nov 2021, 07:07

Kassandra88 a écrit:Je peux payer en bitcorn?
-
Ahhh les nouvelles technologies, ça me dépasse!      pigepas
Tristann
Tristann


Revenir en haut Aller en bas

Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants   2 - Page 38 Empty Re: Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants 2

Message par Mike68 Dim 28 Nov 2021, 09:27

Tristann a écrit:
Kassandra88 a écrit:Je peux payer en bitcorn?
-
Ahhh les nouvelles technologies, ça me dépasse!      pigepas

Bonjour à tous - Le bitcoin , y en a qui vont bientôt tomber de haut - Quand les spéculateurs
décideront d'arrêter de jouer , il faudra avoir mis son $ de côté....
Mike68
Mike68


Revenir en haut Aller en bas

Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants   2 - Page 38 Empty Re: Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants 2

Message par Lisetoct Mer 01 Déc 2021, 17:58

SOCIÉTÉ
PROCÈS DES ATTENTATS DU 13-NOVEMBRE
Au procès des attentats du 13-Novembre, les zones d’ombre autour de Mohamed Abrini
Un enquêteur belge a raconté le parcours de cet accusé, entre son départ pour la Syrie et une mystérieuse mission au Royaume-Uni. Le travail des services belges a de nouveau été au cœur des débats.
Par Soren Seelow


Depuis le début du procès, Mohamed Abrini a spontanément déclaré à plusieurs reprises qu’il n’était « pas le commanditaire » des attentats du 13-Novembre. Une clarification d’autant plus saugrenue que ce n’est pas ce dont il est accusé, et que personne n’a jamais insinué rien de tel. Il est plus délicat, en revanche, de définir quel était le rôle exact de ce délinquant radicalisé de 37 ans au sein de cette cellule terroriste, tant sont nombreuses les zones d’ombre qui entourent ses agissements.
Un enquêteur de la police fédérale belge a tenté, mardi 30 novembre devant la cour d’assises spéciale de Paris, de retracer ses faits et gestes entre août 2014 et août 2015 (le planning prévoit que la suite des événements sera évoquée un autre jour). Le témoin commence sa déposition par une déclaration faite par ce volubile accusé durant l’instruction : « Mon parcours est comme les lettres de l’alphabet : la première lettre est le A, comme Abrini, la dernière le Z, comme Zaventem. » Son itinéraire djihadiste, conclu par un attentat-suicide avorté en mars 2016 à l’aéroport bruxellois de Zaventem, s’ouvre sur un chapitre de son histoire familiale.

Selon l’enquêteur, c’est un drame survenu dans la famille Abrini qui serait à l’origine de son basculement. « Tout a commencé le 4 août 2014 », explique le policier, en citant des propos de l’intéressé et de ses proches. Mohamed Abrini purge une peine de prison quand il apprend par téléphone la mort de son petit frère, Souleymane, tué par balles en Syrie dans une embuscade tendue par les troupes de Bachar Al-Assad. « Je raccroche, je fais trois pas et je tombe », dira Abrini durant l’enquête. Un mois plus tard, il sort de prison : « J’ai pété un câble, je me suis dit : “Je sors, je pars”. »

« Un voleur de poules »

Le policier estime que « d’autres facteurs » ont influencé sa mue djihadiste, notamment le départ en Syrie de plusieurs amis de Molenbeek, la commune bruxelloise où il a grandi avec ses deux copains d’enfance : Abdelhamid Abaaoud, le chef opérationnel du 13-Novembre, et Salah Abdeslam, le seul membre des commandos encore en vie. En sortant de prison, « j’ai vu mon quartier vide, ils étaient tous morts, en dix mois. Au début, je m’en foutais, ça se passait à la télé, je zappais. Après, ça a touché des gens du quartier… Tous ces amis tués, plus mon frère… J’avais jamais lu le Coran, c’est là que j’ai commencé à le lire. »
Mohamed Abrini demande à sa femme de se voiler, annonce à ses proches qu’il veut partir en Syrie et passe son temps aux Béguines, le café des frères Abdeslam, à regarder des vidéos de l’organisation Etat islamique (EI). L’une d’elles connaît un grand succès dans un petit cercle d’habitués : on y voit Abaaoud traînant des cadavres de Syriens derrière un pick-up. Le petit frère d’Abrini, qui combattait dans la même brigade, apparaît à l’image. « La mort de Souleymane, le visionnage des vidéos… tout ça a dû renforcer le caractère radical de Mohamed Abrini et influencer son départ », résume le policier.

Le 23 juin 2015, Abrini prend un vol pour Istanbul. Guidé par ses contacts sur place, il traverse la frontière et passera entre huit et neuf jours en Syrie. Il est logé à Raqqa chez un djihadiste belge, Najim Laachraoui, cadre des opérations extérieures de l’EI et futur artificier du 13-Novembre, avec son ami de vingt ans, Abdelhamid Abaaoud. Les deux terroristes sont alors à pied d’œuvre pour préparer les attentats qui ensanglanteront bientôt la France. Dans une de ces images dont il est friand, Abrini affirme n’en avoir pas eu vent : « Abaaoud ne m’a pas parlé de ses projets. C’est comme si un braqueur parlait de ses projets à un voleur de poules. »

Pizzeria de Birmingham

Avant de rentrer en Belgique, Mohamed Abrini dit s’être recueilli sur la tombe de son petit frère, à Deir ez-Zor. Abaaoud lui aurait alors demandé de lui rendre un « service » sur le trajet du retour : faire un crochet par l’Angleterre pour « récupérer de l’argent ». « Abaaoud donne 2 000 dollars à Abrini pour le voyage », précise le policier, ainsi que des numéros de téléphone anglais et turcs à contacter durant sa mission. Le 10 juillet, Abrini est à Londres. Il appelle un de ces contacts anglais, puis se rend à Birmingham.
Rendez-vous est donné le lendemain devant une pizzeria de la ville, réputée pour la vivacité de ses réseaux islamistes. « Après un premier contact visuel, Abrini suit un homme vêtu d’une veste bleue dans le parc de Small Health, à 15 mètres de distance, puis il tombe sur un deuxième homme dans un bois. Il dit qu’il vient de la part d’Abou Omar, la kounya [nom de guerre] d’Abaaoud, et l’homme lui remet un sac qui contiendrait près de 3 500 euros. » Voilà le récit d’Abrini restitué à l’audience par l’enquêteur, qui s’interroge : « Pourquoi prendre autant de risques pour chercher 3 500 euros quand on a reçu 2 000 dollars pour voyager ? »

Cette arithmétique alimente une foule de questions autour de ce mystérieux voyage. Un ami d’Abrini affirme cependant que le sac contenait en réalité plus d’argent que la somme évoquée. Depuis Londres, Abrini prend un vol, le 16 juillet, pour Paris, où deux amis passent le récupérer en voiture : Abdellah Chouaa et Ahmed Dahmani, tous deux jugés au procès. « Durant le trajet entre Paris et Bruxelles, Chouaa dit avoir vu Abrini remettre une grosse somme à Dahmani, environ 10 000 euros », explique le policier. « Cette mission prend un tout autre sens quand on sait que le 13 juillet, Abaaoud quitte la Syrie pour rentrer en Belgique, deux jours seulement après avoir reçu l’information qu’Abrini avait reçu l’argent. »
Mi-juillet, la police locale de Molenbeek a ouvert un dossier judiciaire sur Mohamed Abrini, qu’elle soupçonne de s’être rendu en Syrie. Une perquisition a eu lieu à son domicile familial. Se sachant recherché, il se présente le 27 juillet au commissariat et nie s’être rendu en Syrie : « Je suis né ici, je suis content en Belgique », assure-t-il. Il ressort libre. Le 4 août, les policiers restaurent dans le téléphone qu’il leur a remis plusieurs fichiers effacés : des documents djihadistes et des photos de la Grande Loge de France, une obédience maçonnique.

Lisetoct


Revenir en haut Aller en bas

Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants   2 - Page 38 Empty Re: Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants 2

Message par Mike68 Sam 04 Déc 2021, 08:33

Beaucoup de BLA-BLA-BLA dans ce procès - On se FOUT du comment , quand ,  pourquoi , ces individus ont basculé du mauvais côté.
Ca qu'on sait  , c'est qu'ils ont participé - de près ou de loin - à une entreprise criminelle dans l'optique d'une tuerie de masse , et qu'ils
doivent être punis pour ça , réellement , et être mis définitivement hors circuit - et non pas libérés , comme tant d'autres , avec l'espoir
improbable de les...... "réinsérer".....
Mike68
Mike68


Revenir en haut Aller en bas

Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants   2 - Page 38 Empty Re: Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants 2

Message par Tristann Sam 04 Déc 2021, 09:06

Salut Mike,
Gaspiller l'argent inutilement c'est la spécialité de la maison si je puis dire.  Wink
Dans d'autres pays la justice est bien plus expéditive et efficace!
Tristann
Tristann


Revenir en haut Aller en bas

Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants   2 - Page 38 Empty Re: Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants 2

Message par Kassandra88 Sam 04 Déc 2021, 09:10

Tristann a écrit:Salut Mike,
Gaspiller l'argent inutilement c'est la spécialité de la maison si je puis dire.  Wink
Dans d'autres pays la justice est bien plus expéditive et efficace!

Ca s'appelle des dictatures.
Kassandra88
Kassandra88
Administrateur du forum


https://legrele.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants   2 - Page 38 Empty Re: Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants 2

Message par Mike68 Sam 04 Déc 2021, 09:27

Kassandra88 a écrit:
Tristann a écrit:Salut Mike,
Gaspiller l'argent inutilement c'est la spécialité de la maison si je puis dire.  Wink
Dans d'autres pays la justice est bien plus expéditive et efficace!

Ca s'appelle des dictatures.

C'est marrant , quand il s'agit de vendre des avions militaires et des armes à des
dictatures (tu vois de quoi je parle) , là il n'est - étonnamment -  plus question de droits de l'homme          Wink
Mike68
Mike68


Revenir en haut Aller en bas

Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants   2 - Page 38 Empty Re: Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants 2

Message par Tristann Sam 04 Déc 2021, 09:37

Tout de suite les grands mots hehe.
Je vais aller à contre-courant ( c'est ma spécialité ), mais pour ce genre de pourriture je suis pour la peine de mort avec beaucoup de souffrance en prime!

Œil pour œil...

_____________________________________________________________________________

Éternel nostalgique...
Tristann
Tristann


Revenir en haut Aller en bas

Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants   2 - Page 38 Empty Re: Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants 2

Message par Kassandra88 Sam 04 Déc 2021, 10:07

Rien à voir, mais ça me fait bien plaisir de voir que pour une fois, les parents vont être sanctionnés:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Kassandra88
Kassandra88
Administrateur du forum


https://legrele.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants   2 - Page 38 Empty Re: Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants 2

Message par Mike68 Sam 04 Déc 2021, 16:15

Tristann a écrit:Tout de suite les grands mots hehe.
Je vais aller à contre-courant ( c'est ma spécialité ), mais pour ce genre de pourriture je suis pour la peine de mort avec beaucoup de souffrance en prime!

Œil pour œil...

Entièrement d'accord avec toi - Eux , ils l'ont infligé sans aucun état d'âme la mort , je vois pas
pourquoi il faudrait faire preuve d'humanité avec ces terroristes Islamistes , qui en plus ,
tuent totalement au hasard (y compris des Musulmans , c'est dire leur degré de bêtise).
Et c'est là que je repense au "vous n'aurez pas ma haine" , totalement ridicule , et qui pour moi
est un signe de défaite et de soumission - Et bien moi , ils l'ont ma haine.
Mike68
Mike68


Revenir en haut Aller en bas

Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants   2 - Page 38 Empty Re: Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants 2

Message par Lisetoct Jeu 09 Déc 2021, 00:17

Mike68 a écrit:
Tristann a écrit:Tout de suite les grands mots hehe.
Je vais aller à contre-courant ( c'est ma spécialité ), mais pour ce genre de pourriture je suis pour la peine de mort avec beaucoup de souffrance en prime!

Œil pour œil...

Entièrement d'accord avec toi - Eux , ils l'ont infligé sans aucun état d'âme la mort , je vois pas
pourquoi il faudrait faire preuve d'humanité avec ces terroristes Islamistes , qui en plus ,
tuent totalement au hasard (y compris des Musulmans , c'est dire leur degré de bêtise).
Et c'est là que je repense au "vous n'aurez pas ma haine" , totalement ridicule , et qui pour moi
est un signe de défaite et de soumission - Et bien moi , ils l'ont ma haine.

Et la mienne . Moi, je n'oublie pas : ni les insultes ni les jets de pierres . Comment ces hommes de merde ont-ils pu s'en prendre à une femme enceinte qui tenait un nourisson dans ses bras ? C'était à Blida en 1979.

Lisetoct


Revenir en haut Aller en bas

Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants   2 - Page 38 Empty Re: Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants 2

Message par Kassandra88 Jeu 09 Déc 2021, 18:05

Côté police, selon les informations recueillies par notre journaliste Arnaud Gabriel, tous les responsables sont unanimes : ils ne comprennent pas les critiques. Quand on les accuse de méconnaissance des dossiers, ils ne comprennent pas puisqu’on les interroge sur des enquêtes réalisées avant les attentats alors qu’ils ont été saisis du dossier au moment de ceux-ci. Impossible donc d’être précis sur des enquêtes qu’ils n’ont pas menées.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Kassandra88
Kassandra88
Administrateur du forum


https://legrele.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants   2 - Page 38 Empty Re: Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants 2

Message par ruth Ven 10 Déc 2021, 12:59

La cour a fini les auditions des enquêteurs belges.
Depuis hier, elle entend les proches des terroristes en commençant par le frère d'Abaoud.
Propos hallucinants du frère hier : il ne sait s'il est vraiment mort et s'il a participé aux attentats...  Twisted Evil
Et sinon, "je ne sais pas."

(Live-tweets du procès par Charlotte Piret/Sophie Parmentier, Hélène Sergent, Guillaume Auda,
Aurélie Sarrot)

_____________________________________________________________________________

" Passer pour un idiot aux yeux d'un imbécile
est une volupté de fin gourmet." -   
G. COURTELINE

ruth


Revenir en haut Aller en bas

Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants   2 - Page 38 Empty Re: Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants 2

Message par Lisetoct Sam 11 Déc 2021, 02:06

Exactement ruth.
SOCIÉTÉ
PROCÈS DES ATTENTATS DU 13-NOVEMBRE
« Je ne sais pas si c’est mon frère qui a fait ça » : au procès du 13-Novembre, le témoignage du frère d’Abdelhamid Abaaoud, entre mutisme et déni
Un nouveau chapitre s’est ouvert, jeudi, avec le début des dépositions de proches des terroristes. Yassine Abaaoud a médusé la cour en émettant des doutes sur la responsabilité de son frère dans les attentats, ainsi que sur sa mort.
Par Soren Seelow

Un petit jeune homme engoncé dans un sweat-shirt à capuche blanc apparaît à l’écran. Il est assis au bout de la grande table en U du parquet fédéral de Bruxelles, à la même place que les enquêteurs belges qui se sont succédé ces deux dernières semaines pour témoigner par visioconférence. Le décor est le même, mais les acteurs ont changé.
Un nouveau chapitre du procès des attentats du 13-Novembre s’est ouvert, jeudi 9 décembre : celui des témoignages des proches des terroristes. Le jeune homme au sweat blanc est le premier à déposer : « Je m’appelle Yassine Abaaoud… »
Yassine, « étudiant célibataire » de 26 ans, est le frère cadet d’Abdelhamid Abaaoud, le chef opérationnel des attentats du 13 novembre 2015. Des trois fils de la famille, il est le seul encore en vie. Abdelhamid a été tué trois jours après les attentats, lors d’un assaut de la police à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Le plus jeune, Younes, avait 13 ans quand Abdelhamid l’a enlevé à la sortie de l’école, à Bruxelles, pour l’emmener faire le djihad avec lui. Il a été tué en Syrie quatre ans plus tard, à l’âge de 17 ans. Yassine est le frère de l’un et de l’autre. Celui du tueur et de l’adolescent dont Abdelhamid a volé la vie.
Avec ses bras croisés et son regard fuyant, on a vite compris que le jeune homme, enfermé dans les ambivalences de son propre drame, n’avait aucune envie d’être là. Cité par des parties civiles désireuses d’en savoir un peu plus sur le parcours d’Abdelhamid Abaaoud, il n’a pas lâché grand-chose. Du déni, de la douleur, de la méfiance, de la honte peut-être, un impossible deuil aussi… Il y avait un peu de tout cela dans le bloc de mutisme qu’a présenté pendant près d’une heure Yassine Abaaoud devant la cour d’assises spéciale de Paris.
« Il y a des légendes qui circulent »
Sa déclaration spontanée, d’abord, aussi sommaire que maladroite : « Je suis désolé pour toutes les victimes, les personnes innocentes tuées dans le monde entier, aux quatre coins du monde, commence-t-il, évitant de s’adresser spécifiquement à celles du 13 novembre 2015. Pour ce qui est des faits, je n’ai pas d’informations, je ne sais pas si je vais être d’une grande utilité par rapport à ce procès… Je ne sais pas quoi dire. »
Le président lui demande s’il connaît certains des accusés. Personne ne s’attendait à cette réponse : « A part mon frère, je ne connais personne. Même par rapport à Abdelhamid, dans la famille, on est dans le doute car on n’a pas vu son corps. Il y a des légendes qui circulent pour dire qu’il serait encore en vie et que c’est pas lui qui a commis ces attentats… »

Un vent glacial souffle dans la salle. Le président plisse le front : « Il y a quand même des éléments dans la procédure. Il est mort le 18 novembre 2015, c’est un fait… Et donc, pourquoi il a fait ça ? relance le magistrat. On n’est pas en train de vous juger, mais d’essayer de comprendre le parcours de votre frère…
– Je ne peux pas vous répondre, je suis pas dans sa tête… C’était une période trouble, la situation géopolitique était catastrophique, et il s’est passé ce qu’il s’est passé. J’espère que ça ne se reproduira plus… Mais je ne sais pas si c’est vraiment mon frère qui a fait ça…
– Sur le fait que votre frère a pris part à ces attentats, il n’y a pas de doute, c’est établi, corrige de nouveau le président, avant de tenter sa chance sur un autre volet de l’histoire familiale. Il semble que votre jeune frère Younes soit également mort en Syrie ?
– Je ne sais pas, Monsieur.
– Vous n’avez pas eu cette information ?
– Non.
– Bien… bien… encaisse le magistrat en levant un sourcil incrédule. En l’état, je n’ai pas d’autres questions. »`


Dialogue de sourds

Les deux assesseures de la cour et quelques avocats de parties civiles se relayent pour tenter de venir à bout de la résistance du témoin. « Non, Madame », « C’est absolument faux, Monsieur », « Je ne me rappelle pas, Madame », oppose, poliment, le jeune homme à chaque nouvelle question sur Abdelhamid Abaaoud, contredisant le plus souvent ce qu’il avait lui-même déclaré sur procès-verbal quelques années plus tôt.
Au terme de ce dialogue de sourds, une avocate de parties civiles, Me Frédérique Giffard, parvient finalement, à défaut d’obtenir des réponses factuelles, à fendre l’armure du témoin en l’emmenant sur le registre des émotions : « Vos parents ont perdu deux fils – peut-être qu’ils ne croient à la mort ni de l’un ni de l’autre – mais j’imagine que ça a créé un choc ?
Je préfère ne pas en parler…
– Vous comprenez que, dans cette salle, les parties civiles veulent comprendre ?
– D’accord, je vais le faire pour eux : ma famille s’est brisée… On espère toujours le retour de mon petit frère, dit-il en replongeant dans son propre drame nettoyé des crimes de l’encombrant aîné. On était des commerçants sans histoire et tout a changé… »
L’avocate tente de l’ouvrir à la tragédie qui est jugée à ce procès : « Votre famille a réfléchi à ce que votre grand frère a fait ?
– C’est surtout la disparition de mon petit frère qui nous a brisé le cœur, vu qu’il n’était pas responsable, il ne savait pas où il allait, s’enferme-t-il en réprimant un sanglot. Vous pouvez répéter la question, s’il vous plaît ?
– C’est pour savoir si vous aviez réfléchi à ce que votre grand frère avait fait…– On a tous reçu une bonne éducation, on sait ce qui est juste, pas juste… La situation a échappé à tout le monde.
– Vous avez parlé entre vous pour essayer de comprendre ?
– On en parle, mais c’est en quelque sorte un tabou. On a peur d’éveiller des émotions, donc chacun garde ça pour soi… »
Vendredi, la cour d’assises spéciale de Paris doit entendre le père et une sœur de Samy Amimour, un des kamikazes du Bataclan.

Lisetoct


Revenir en haut Aller en bas

Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants   2 - Page 38 Empty Re: Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants 2

Message par Lisetoct Sam 11 Déc 2021, 02:15

Franchement , que fait cette famille en Belgique ? Un cheval de Troie ?

_____________________________________________________________________________

"I heard it through the grapevine
            Marvin Gaye"

Lisetoct


Revenir en haut Aller en bas

Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants   2 - Page 38 Empty Re: Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants 2

Message par Tristann Lun 13 Déc 2021, 12:46

La ligne de fuite du plat pays
Au fil du procès du 13 Novembre apparaissent les loupés de la police belge, qui a croisé la route de plusieurs des terroristes.
-
Un visage masqué, anonyme, distant et une posture fuyante : c’est l’image que l’Histoire retiendra de la Belgique à ce procès et pour l’éternité, avec l’aide des archives audiovisuelles. Le pays est de longue date en première ligne, puisque le commanditaire des attaques du 13 novembre 2015 Oussama Atar, le chef opérationnel des tueurs Abdelhamid Abaaoud, trois des huit autres assassins décédés, et onze des quatorze accusés présents sont des Belges ou des Français ayant passé toute leur vie en Belgique, comme Salah Abdeslam. Pour autant, la Belgique est-elle coupable de cette nuit sanglante ?
-
Avec cette question au-dessus de leurs têtes, les policiers belges ayant négocié un statut de témoin protégé ont choisi de laisser une image d’emblée dérangeante. Ils ont déposé anonymement et en visioconférence depuis Bruxelles, visages couverts de masques sanitaires, assis plusieurs mètres devant une caméra, entourés de magistrats qui faisaient figure de gardes-chiourmes. Par leurs non-réponses, ils ont laissé de surcroît laisser planer l’idée que leur pays avait quelque chose à se reprocher, à force d’agaçants éléments de langage. « Je ne peux pas répondre à cette question », « Je n’ai aucune information à ce propos », « C’est une question qu’il faudra aborder avec un autre enquêteur », « Je ne peux pas parler à la place d’un autre »… Dans un saisissant « effet Streisand », les autorités belges ont réussi au total à jeter une lumière éclatante sur des épisodes qui ont vu certains des futurs assassins passer en 2013-2015 au travers des mailles de leurs filets. Dans le registre très discutable des supposées « failles » françaises, belges ou internationales (lire l’épisode 6, « La théorie des “failles”, un procès dans le procès »), consistant à considérer tout crime comme une faute de l’État qui en est victime, ces récits-là laisseront une brûlure plus vive que tous les autres.
-
Bruxelles ne pouvait ignorer qu’Oussama Atar était emprisonné pour terrorisme en Irak, mais a quand même œuvré à sa libération
-
Il y a d’abord le cas d’Oussama Atar, exposé le 2 décembre avec la palme du plus grand embarras par l’enquêteur fédéral désigné sous le numéro de « 447.761.902 ». Né le 4 mai 1984 à Bruxelles, devenu chef des opérations extérieures de l’État islamique en 2013-2014, Atar a sans doute été tué par une frappe de drone américain le 17 novembre 2017 en Syrie, mais il est toutefois jugé par défaut à la cour d’assises, faute de certitude. Son rôle crucial dans le 13 Novembre et dans les attentats menés le 22 mars 2016 dans le métro et à l’aéroport de Bruxelles (32 morts et des centaines de blessés) n’a été découvert que tardivement, au fil de l’enquête.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Les secouristes interviennent sur le site de l’attentat de l’aéroport de Bruxelles le 23 mars 2016, lendemain de l’explosion — Photo Yorick Jansens/Reporters/Réa.
-
Plusieurs dépositions dans le dossier et surtout un ordinateur ayant appartenu aux derniers assaillants de Bruxelles, où il est clairement présenté sur un fichier audio comme « émir » des tueurs envoyés en Europe, ne laissent pas de doute sur sa position éminente. Or, Oussama Atar, Européen le plus haut placé au sein de l’organigramme de Daech, doit ce destin à la Belgique, venue à sa rescousse quand il était en mauvaise posture. Avant cette affaire, il s’était en effet pleinement radicalisé à l’occasion d’un départ en 2003 en Syrie, d’où il est passé en Irak l’année suivante, pour participer aux combats contre les occupants américains aux côtés des jihadistes. Arrêté sous une fausse identité et emprisonné en Irak par les Américains le 24 février 2005, il a ensuite été condamné en 2007 à perpétuité pour franchissement illégal de la frontière, peine ramenée par la suite à dix ans. Il a rencontré en prison certains des futurs dirigeants de Daech.
-
Malgré l’incrimination ambiguë, Bruxelles ne pouvait alors ignorer qu’il était en réalité accusé de terrorisme, les Américains en ayant informé les Belges, a reconnu l’enquêteur « 447.761.902 ». Pourtant, le gouvernement belge a prêté l’oreille à une campagne menée à partir de 2010 par ses proches, mais aussi certains élus écologistes et de gauche de Bruxelles ainsi qu’Amnesty International, visant à le faire libérer du fait d’un supposé cancer et le présentant comme détenu arbitrairement. Libéré donc en septembre 2012 et renvoyé en Belgique, Oussama Atar, en réalité en parfaite santé, a été inculpé dès son retour de « participation à une entente terroriste », mais laissé libre. On sait aujourd’hui qu’il a alors recruté deux de ses cousins impliqués dans le banditisme, Ibrahim et Khalid El Bakraoui, futurs kamikazes de mars 2016 à Bruxelles. Ensuite, a exposé le policier témoin, l’administration belge a délivré à Atar un passeport en octobre 2013 et il est parti en Syrie le 11 décembre 2013 rejoindre l’État islamique via la Turquie.
-
Début 2015, la police belge interroge Brahim Adbeslam et saisit son téléphone sans l’exploiter. En 2016, elle y trouve un échange avec Abaaoud
-
Me Gérard Chemla, avocat de parties civiles, a posé les questions qui fâchent. Comment Atar a-t-il pu obtenir ce passeport ? Était-il protégé par le renseignement belge, qui aurait espéré le recruter comme informateur ? Le témoin s’est montré fuyant : « Je n’appartiens pas au ministre des Affaires étrangères, je ne sais donc pas pourquoi il a obtenu ce passeport. » S’il y a eu une telle manœuvre, elle a été menée non par les Affaires étrangères mais par le renseignement belge, a suggéré Me Chemla : « Une certaine presse affirme qu’on aurait voulu faire d’Oussama Atar un agent double, je n’ai aucune information à ce propos », a répondu le policier. Aucun responsable du renseignement belge n’a été convoqué comme témoin au procès. Il faudra donc, pour avoir des réponses, s’en remettre à « une certaine presse », notamment un livre qui affirme, sans preuves formelles mais avec beaucoup d’indices, que le renseignement belge, avec l’accord de son gouvernement, s’est bel et bien fait berner en voulant recruter Atar comme source, ou comme « pot de miel », point de fixation d’où on espérait repérer les candidats au jihad.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le bar Les Béguines dans le quartier de Molenbeek-Saint-Jean à Bruxelles, ayant appartenu à Brahim Abdeslam, photographié le 18 novembre 2015 — Photo Roger Job/Reporters/Réa.
-
Le deuxième épisode problématique concerne des moments où la police belge a tenu entre ses mains, début 2015, les frères Abdeslam, futurs protagonistes des attentats, sans détecter leur projet déjà engagé. Il faut certes se garder de ce que la défense a appelé un « biais rétrospectif », car à cette époque, les Abdeslam sont de parfaits inconnus. Les épisodes relatés au procès ne peuvent cependant que laisser un sentiment de malaise. L’enquêteur 440.232.779 a ainsi été mis en difficulté sur le cas de Brahim Abdeslam. On le sait aujourd’hui, il s’était rendu en Syrie prendre ses ordres de Daech entre le 27 janvier et 7 février 2015. Des soupçons sur ce voyage ont entraîné une audition par la police locale de Bruxelles le 16 février, mais sans qu’il soit inquiété. Moqueur et désinvolte, il déclarait pourtant être favorable au jihad « en cas d’autorisation des parents ». Son téléphone avait été saisi mais pas exploité, pour une raison inexpliquée. Retrouvé dans un tiroir après les attentats de Paris, il a été tardivement désossé en 2016 par la police belge, qui s’est alors aperçue qu’elle avait manqué une éclairante conversation Facebook de fin 2014. Brahim Abdeslam parlait avec Abdelhamid Abaaoud (alors en Syrie), qui lui écrivait : « Qu’Allah te guide dans la voie du djihad et t’accorde le martyr. »
-
Le téléphone recelait aussi de nombreuses images de propagande de Daech. Interrogé sur ce raté, le témoin policier s’est défaussé à propos de l’absence d’exploitation du téléphone, imputable non à son service mais à la police locale de Bruxelles, a-t-il avancé. « Je n’avais pas la charge de ce dossier », a-t-il dit. La police fédérale a cependant bien eu connaissance du cas Brahim Abdeslam dès février 2015 et n’a pas davantage agi que son homologue locale, montre la documentation judiciaire de l’époque, produite à l’audience. La défense a appuyé sur ce loupé. « On aurait pu penser que si le fil avait été tiré, les choses se seraient passées autrement. Ça a eu une influence déterminante sur la vie de centaines de victimes », a dit Me Olivia Ronen, avocate de Salah Abdeslam.
-
Je suis 100 % contre les personnes se trouvant en Syrie.
-
Mohamed Abrini, interrogé par la police locale de Bruxelles le 27 juillet 2015
Le même enquêteur a aussi dû s’expliquer justement sur le seul survivant du commando de tueurs dans le box des accusés. Soupçonné comme son frère de préparer un départ en Syrie, Salah Abdeslam a également été interrogé par la police locale de Bruxelles douze jours après lui, le 28 février 2015, sans être davantage inquiété, sans qu’on lui saisisse son téléphone ni qu’on cherche à aller plus loin. Il assure alors être étranger au jihad et le policier belge se contente de noter étrangement sur procès-verbal qu’il n’a pas l’apparence, ni les mots, ni les habits d’un salafiste. « À quoi servent ces auditions ? S’il est engagé dans le terrorisme et qu’on se contente de lui demander, il ne va pas répondre par l’affirmative… », a souligné l’avocat de parties civiles Gérard Chemla. C’est peut-être l’essence de ce deuxième épisode problématique, le biais cognitif de la police belge, qui ne peut visiblement croire que des fumeurs de joints fêtards et alcooliques, en apparence si ordinaires, peuvent être en réalité des fanatiques. L’enquêteur belge le reconnaît aujourd’hui, contrit : « Salah et Brahim Abdeslam ont volontairement pris cet aspect-là parce qu’ils savaient qu’ils étaient destinés à une mission. »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
C’est sur les écrans de la salle d’audience spéciale que sont apparus les visages masqués des enquêteurs belges — Photo Simon Lambert/Les Jours.
-
Ce stratagème non décelé a mis bien davantage en difficulté un troisième enquêteur, « 441.157.616 », à propos du cas de l’accusé Mohamed Abrini, ami d’enfance des Abdeslam au même profil banal, aujourd’hui dans le box pour complicité d’assassinats terroristes. Il est venu avec le commando de tueurs le 12 novembre 2015 au soir à Paris, repartant de manière inexpliquée en Belgique juste avant les attaques, puis, en mars 2016, il a fui une autre mort en martyr programmée à l’aéroport de Bruxelles. Le policier « 441.157.616 » a exposé à la cour qu’Abrini avait été interrogé par la police locale de Bruxelles le 27 juillet 2015 sur des soupçons de passage en Syrie (on sait aujourd’hui qu’il venait en effet d’y être allé prendre ses ordres de Daech). Rebelote pour la police bruxelloise, il avait encore une fois été laissé libre. Selon le procès-verbal de cet interrogatoire, il déclarait péremptoirement aux policiers : « Je suis 100 % contre les personnes se trouvant en Syrie. » Là encore, a-t-on appris à l’audience, son téléphone avait été saisi mais cette fois exploité, et on y avait découvert aussitôt de la propagande de Daech supprimée avant l’interrogatoire et surtout des liens avec deux numéros syriens, dont un imputé à Abaaoud.
-
Rétrospectivement accablant, un long procès-verbal belge daté du 3 novembre 2015 – dix jours avant le carnage de Paris – lu par Me Chemla à l’audience relate cette découverte et évoque noir sur blanc des « préparatifs d’attentat ». Alors qu’une procédure était ouverte sur Abrini depuis octobre, la justice belge n’a pourtant pas jugé utile de lui remettre la main au collet. Questionné sur cette inaction, l’enquêteur « 441.157.616 » a répondu : « Je ne sais pas répondre à la place des magistrats et des enquêteurs de l’époque. » C’est sans doute le moment le plus accablant du procès pour la police belge, puisqu’il apparaît donc qu’elle avait en mains la quasi-preuve du projet d’attentats quelques jours avant le désastre mais est restée les bras ballants, sans pouvoir expliquer pourquoi, aujourd’hui encore.
-
On n’est pas là pour évaluer les mérites du gouvernement belge en matière de lutte contre le terrorisme, mais pour juger les accusés.
-
Le président de la cour, Jean-Louis Périès
Au total, il restera que la Belgique a manqué l’occasion de se poser publiquement quelques questions essentielles à ce procès historique, après une commission d’enquête parlementaire qui a conclu de manière ambiguë en 2017. Faut-il, pour ces manquements, mettre en cause des erreurs individuelles ? Remettre en cause l’efficacité de son système politique fédéral ? Il semble, selon les récits à l’audience, que cette organisation amène beaucoup de déperdition d’information entre les échelons policiers. Faut-il accuser son instabilité gouvernementale chronique qui l’a peut-être empêché de bâtir un projet de renseignement et d’action à long terme sur le phénomène jihadiste, ancien en Belgique ?
-
Le chercheur français Hugo Micheron, entendu comme témoin au procès le 16 novembre 2021, avait d’ailleurs souligné l’importance qu’il voit dans le développement du phénomène du « Centre islamique belge » installé à Molenbeek (lire l’épisode 13, « Molenbeek, rescapée du 13 Novembre ») par le prêcheur extrémiste Bassam Ayachi dès les années 1990 mais fermé seulement en 2012, et qui apparaît en toile de fond du dossier. Le président de la cour Jean-Louis Périès est venu au secours du plat pays à l’audience du 2 décembre. « Qu’il y ait eu des failles dans certains systèmes, qu’il y ait eu des gens passés au travers des mailles du filet, c’est acquis depuis un certain temps. Il y a eu des commissions d’enquête parlementaires. […] On n’est pas là pour évaluer les mérites du gouvernement belge en matière de lutte contre le terrorisme, mais pour juger les accusés », a-t-il dit, interrompant d’acrimonieuses questions. Il n’est pas certain que ce soit le mot de la fin pour Bruxelles, qui pourrait entendre ses oreilles encore siffler avec les prochaines dépositions des familles des kamikazes, ou dans les plaidoiries de fin de procès.

---
Texte :Thierry Lévêque
Photo : Virginie Nguyen Hoang pour « Les Jours »
Édité par : Lucile Sourdès-Cadiou

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Tristann
Tristann


Revenir en haut Aller en bas

Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants   2 - Page 38 Empty Re: Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants 2

Message par Kassandra88 Lun 13 Déc 2021, 13:36

Ce que je peux dire, c'est qu'il y avait une certaine bienveillance envers les musulmans de Molenbeek et le maire Philippe Moureaux. (Il avait bien compris que c'était porteur électoralement)
Quelques extraits de Wiki:
Plus tard, il deviendra l'un des plus grands défenseurs de l'islam et de l'immigration n'hésitant pas à faire ses campagnes électorales dans les mosquées. Ce qui lui vaut de nombreuses critiques l'accusant de pratiquer du communautarisme, du clientélisme et d'avoir laissé prospérer l'islam radical6,7.

En avril 2012, il n'avait pas hésité à comparer une émission de Questions à la Une de la RTBF traitant de l'islam aux méthodes de Goebbels ce qui avait suscité une vive indignation du milieu journalistique considérant que l'émission était mesurée et faisait attention à ne pas stigmatiser la communauté musulmane8.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Mais le problème, c'est que les enquêteurs Belges qui ont été interrogés n'ont été actifs qu'après les attentats et ne peuvent donc parler de comment les faits ont été gérés avant. En traquant ces assassins, les Belges ont permis d'éviter de nouveaux massacres en France... Dans l'urgence,  ils ont choisi Bruxelles comme cible alternative pour les attentats suivants (32 morts).

Pourquoi n'a t'on pas mieux cibler les Belges à interroger?

Kassandra88
Kassandra88
Administrateur du forum


https://legrele.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants   2 - Page 38 Empty Re: Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants 2

Message par Kassandra88 Lun 13 Déc 2021, 13:38

Attentats à Liège, 10 ans déjà
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Kassandra88
Kassandra88
Administrateur du forum


https://legrele.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants   2 - Page 38 Empty Re: Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants 2

Message par Lisetoct Lun 13 Déc 2021, 17:48

Exactement "Pourquoi n'a t'on pas mieux cibler les Belges à interroger?"
Ils n'ont pas compris le danger que pouvait constituer cet islam islamiste .
Mais il faut avoir vécu et travaillé en zone musulmane pour comprendre cela .

_____________________________________________________________________________

"I heard it through the grapevine
            Marvin Gaye"

Lisetoct


Revenir en haut Aller en bas

Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants   2 - Page 38 Empty Re: Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants 2

Message par Lisetoct Lun 13 Déc 2021, 17:54

Se souvenir d'une réalité : les musulmans n'acceptent pas les autres.

_____________________________________________________________________________

"I heard it through the grapevine
            Marvin Gaye"

Lisetoct


Revenir en haut Aller en bas

Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants   2 - Page 38 Empty Re: Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants 2

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 38 sur 40 Précédent  1 ... 20 ... 37, 38, 39, 40  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum