-20%
Le deal à ne pas rater :
Promo sur les Baskets Nike Air Max 2090
119.97 € 149.99 €
Voir le deal

Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants 2

+13
JM
Electra
Fauvette
Sortcière
Lia
ruth
Manneke
Raph_
Lisetoct
Nordine
Casta
Mike68
Kassandra88
17 participants

Page 37 sur 38 Précédent  1 ... 20 ... 36, 37, 38  Suivant

Aller en bas

Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants   2 - Page 37 Empty Re: Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants 2

Message par ruth Mer 10 Nov 2021, 14:05

Édit : plus exactement par une partie de la défense
Par exemple, l'avocate de SA y était favorable.

_____________________________________________________________________________

" Passer pour un idiot aux yeux d'un imbécile
est une volupté de fin gourmet." -   
G. COURTELINE

ruth


Revenir en haut Aller en bas

Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants   2 - Page 37 Empty Re: Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants 2

Message par Mike68 Jeu 11 Nov 2021, 08:10

@ruth : "Dès l'ouverture du procès, S. Abdeslam avait osé justifier ses actes par l'intervention en Syrie. De même que les terroristes présents sur place."

Ces salopards sont avant tout des gens qui n'assument rien - Et qui ne veulent surtout pas donner le vrai motif
de ces tueries : la haine de l'occidental et de tous ceux qui ne vivent pas et ne pensent pas comme eux.
Macron n'a toujours pas ouvert les yeux et préfère rester dans le déni - Fort heureusement , certains politiques
ont compris eux.
Mike68
Mike68


Revenir en haut Aller en bas

Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants   2 - Page 37 Empty Re: Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants 2

Message par FrenchGhost3 Jeu 11 Nov 2021, 15:51

Bonjour.. Est ce que vous avez parlé dans ce fil de discussion , du commissaire héros,qui avait eu interdiction d intervenir,pour sauver les otages.?. Interdiction d intervenir émanant de sa hiérarchie au soir du 13 novembre, 2015, a proximité du Bataclan ..Le commissaire accompagné d un collègue a lui reçu l ordre de ne pas intervenir,pour sauver les otages...Idem un groupe de militaire de Vigipirate qui patrouillait a proximité ,a reçu ordre de ne pas intervenir ..ce sujet ? Merci

FrenchGhost3


Revenir en haut Aller en bas

Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants   2 - Page 37 Empty Re: Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants 2

Message par FrenchGhost3 Jeu 11 Nov 2021, 15:53

Bonjour.. Est ce que vous avez parlé dans ce fil de discussion , du commissaire héros,qui avait eu interdiction d intervenir,pour sauver les otages.?. Interdiction d intervenir émanant de sa hiérarchie et d en haut au soir du 13 novembre, 2015, a proximité du Bataclan ..Le commissaire accompagné d un collègue a lui reçu l ordre de ne pas intervenir,pour sauver les otages...Idem un groupe de militaire de Vigipirate qui patrouillait a proximité ,a reçu ordre de ne pas intervenir

Avez vous évoqué ce sujet ? Merci

FrenchGhost3


Revenir en haut Aller en bas

Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants   2 - Page 37 Empty Re: Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants 2

Message par Kassandra88 Jeu 11 Nov 2021, 17:19

FrenchGhost3 a écrit:Bonjour.. Est ce que vous avez parlé dans ce fil de discussion , du commissaire héros,qui avait eu interdiction d intervenir,pour sauver les otages.?. Interdiction d intervenir émanant de sa hiérarchie et d en haut  au soir du 13 novembre, 2015, a proximité du Bataclan ..Le commissaire accompagné d un collègue a lui reçu l ordre de ne pas intervenir,pour sauver les otages...Idem un groupe de militaire de Vigipirate qui patrouillait a proximité ,a reçu ordre de ne pas intervenir

Avez vous évoqué  ce sujet ? Merci

Bonjour,
Je pense que oui, ça me dit quelque chose.
Kassandra88
Kassandra88
Administrateur du forum


https://legrele.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants   2 - Page 37 Empty Re: Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants 2

Message par Tristann Ven 12 Nov 2021, 00:13

Procès des attentats du 13 Novembre : «Comme si la mort et le néant étaient à l’intérieur de soi»
Ce vendredi, devant la cour d’assises spéciale de Paris, un chirurgien orthopédique et un psychiatre ont expliqué la spécificité des blessures, physiques et psychiques, des victimes du 13 Novembre. Des traumatismes qui peuvent aussi frapper leur entourage.

Ils viennent mettre leurs mots de soignants et de sachants sur les quelque 400 récits de parties civiles entendus ces cinq dernières semaines au procès des attentats du 13 Novembre. Ils les éclairent, livrant sans doute des clés de compréhension utiles aux victimes elles-mêmes, pour celles qui ont pu les écouter. Ces témoins sont deux médecins qui ont déposé ce vendredi devant la cour d’assises spécialement composée : le chirurgien orthopédique Didier Ollat et le psychiatre Thierry Baubet. Chacun dans sa spécialité a décrypté la particularité des blessures physiques et psychiques des victimes de ces événements — un traumatisme qui ravage bien au-delà des seuls survivants, insistera le second.

À la barre s’avance d’abord Didier Ollat, 51 ans, cravate bleu vif sur costume sombre, chirurgien orthopédique et ancien militaire. Il exerçait à l’époque à l’hôpital Begin-Saint-Mandé, où vingt blessés du Bataclan et des terrasses ont été pris en charge au soir du 13 Novembre. Il évoque d’abord ce dispositif propre à la chirurgie de guerre, alors mis en place : une salle de « catégorisation triage », vouée à faire face à un possible afflux de blessés — ce triage n’a pas eu d’utilité ensuite, aucun hôpital de la région parisienne n’ayant été saturé, précisera-t-il. Dans cette salle se pratiquent des gestes d’urgence : « Les gens sont entièrement déshabillés », examinés « recto verso » pour déceler « tous les orifices » des balles et la gravité des dégâts causés.
Les patients passent et repassent tous au bloc opératoire, où il faut « nettoyer les plaies, toutes contaminées ». Le risque infectieux est fort : « Les balles ne sont pas stériles. » Le Dr Ollat évoque « ce schéma » dit des « 7 jours, 8 semaines et 9 mois » enseigné aux soignants de ce type de blessés : « Les sept premiers jours sont consacrés à la lutte contre l’infection (« on excise, on rince, on lave, on nettoie ») ; les huit semaines à la réparation osseuse quand le projectile s’est fragmenté sur un os ; les neuf mois (parfois jusqu’à deux ans) au processus de réhabilitation fonctionnelle ».

Son exposé, technique, où il est question d’amputations, d’éclats de métal, de tiges, de greffes et de « lambeaux », donne un aperçu du calvaire enduré.

« Un être humain a été capable, les yeux dans les yeux, de commettre un tel acte. Cela provoque un ébranlement profond »
Thierry Baubet, psychiatre de l’hôpital Avicenne
À un avocat, qui souligne que les victimes n’étaient pas des soldats préparés à éventuellement subir de telles blessures, le Dr Ollat répond qu’elles font « basculer dans un monde extraordinaire, même des gens dont c’est le métier ». À la conscience de sa blessure s’ajoute « la mesure de son handicap potentiel et des complications possibles. » Il les appelle « des tiroirs de mauvaises nouvelles. » À la cour, qui l’interroge sur ces blessés graves parvenus à courir hors du Bataclan, le médecin explique que « le phénomène de sidération face à un traumatisme grave » peut créer « une bulle temporaire où la douleur est suspendue » qui « permet à l’instinct de survie de se mettre en place ».

À son tour, le Dr Thierry Baubet, barbe poivre et sel, chemise en jean, s’avance à la barre. Avec ce psychiatre de l’hôpital Avicenne (Bobigny), qui soigne un certain nombre de parties civiles, la cour est plongée dans le douloureux cortège des troubles du stress post-traumatique (TSPT). Son exposé, passionnant, éclaire d’abord le sens même du mot « traumatisme » : « Une réaction d’effroi, qui va au-delà de la peur et fait sortir de la tranquillité. »

Il frappe lorsque des événements « impliquent un risque de mort, de blessures graves et de violences sexuelles ». Sa particularité est son caractère « intentionnel » : « Un être humain a été capable, les yeux dans les yeux, de commettre un tel acte. Cela provoque un ébranlement profond », souligne-t-il. Cette « rencontre avec le réel de la mort » s’accompagne « de perceptions qui s’inscrivent au plus profond du psychisme et peuvent revenir hanter ». Un goût dans la bouche, une odeur… « Comme si la mort et le néant étaient à l’intérieur de soi. »

« En plus du vide, ils doivent combattre le néant »
Thierry Baubet, psychiatre de l’hôpital Avicenne
À la cour, ce médecin explique que les psychiatres ont « une conception plus large » que la justice des personnes concernées par le traumatisme du terrorisme. Outre les victimes directes, cela va de simples témoins à « l’ensemble du groupe familial » — « Ça touche tout le monde à la maison », dit-il.

Des proches peuvent donc aussi souffrir des « symptômes anxieux » qu’il énumère : « Blanc de la pensée, angoisse, sentiment d’abandon, de déshumanisation, de honte ; idée que personne ne peut comprendre ce qu’on a vécu ; dissociation traumatique… » Dans le cas du 13 Novembre, le deuil et le traumatisme souvent se sont cumulés : « En plus du vide, ils doivent combattre le néant. »

Thierry Baubet a pour spécialité le soin aux enfants et aux adolescents. Comme s’il profitait de la tribune qu’offre la cour pour alerter, il évoque longuement la situation de ces très jeunes êtres que ces attentats ont touchés. « Tout ce que l’enfant croyait et qui le soutenait s’effondre », explique-t-il. Or leurs symptômes, différents et discrets, sont souvent « masqués par l’enfant » lui-même et « minimisés par l’entourage » voire les psychiatres eux-mêmes. Il insiste sur l’intérêt de leur offrir des soins : « Le jeune âge ne protège pas du traumatisme. »

Parmi le flot de questions des magistrats de la cour, il y a celle-ci : témoigner peut-il être thérapeutique ? Oui, répond le Dr Baubet : « C’est vécu comme un jalon, une étape importante et qui a du sens par un grand nombre de victimes. » Au-delà, souligne-t-il, le procès « leur permet d’être de nouveau ensemble, de faire groupe, d’appartenir à une communauté » — une communauté offrant « une diversité des points de vue ». Il hoche la tête : « Je ne suis pas expert en justice, et je me demande si un procès d’assises a déjà ressemblé à ça. »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_____________________________________________________________________________

Il n'y a pas de gens fidèles, c'est juste les occasions qui manquent
Tristann
Tristann


Revenir en haut Aller en bas

Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants   2 - Page 37 Empty Re: Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants 2

Message par Mike68 Ven 12 Nov 2021, 07:28

Kassandra88 a écrit:
FrenchGhost3 a écrit:Bonjour.. Est ce que vous avez parlé dans ce fil de discussion , du commissaire héros,qui avait eu interdiction d intervenir,pour sauver les otages.?. Interdiction d intervenir émanant de sa hiérarchie et d en haut  au soir du 13 novembre, 2015, a proximité du Bataclan ..Le commissaire accompagné d un collègue a lui reçu l ordre de ne pas intervenir,pour sauver les otages...Idem un groupe de militaire de Vigipirate qui patrouillait a proximité ,a reçu ordre de ne pas intervenir

Avez vous évoqué  ce sujet ? Merci

Bonjour,
Je pense que oui, ça me dit quelque chose.

Nordine en avait parlé en long , en large , et en travers.....

C'est une sorte de déni des plus hautes autorités , qui n'ont toujours pas compris que contre ces gens là ,
l'expression "droits de l'homme" n'a aucun sens - Il faut leur faire la guerre , au sens étymologique du mot ,
donc mettre le paquet - La temporisation , la négociation , est totalement inutile , voir absurde avec eux ,
il faut les ELIMINER le + rapidement possible , pour notre survie à nous -

Quand nos gouvernements occidentaux comprendront-ils ? , je suis pessimiste.....
Mike68
Mike68


Revenir en haut Aller en bas

Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants   2 - Page 37 Empty Re: Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants 2

Message par JM Ven 12 Nov 2021, 10:45

Mike à écrit :

il faut les ELIMINER le + rapidement possible

Salut Mike,

je suis d'avis qu'il faut les faire souffrir un peu avant. . .Et leur famille aussi. . .un tout petit peu, s'il vous plait. . .

parton


Cordialement,

JM


Revenir en haut Aller en bas

Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants   2 - Page 37 Empty Re: Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants 2

Message par ruth Sam 13 Nov 2021, 09:15

C'était il y a 6 ans.
Une pensée pour les victimes et leurs familles des attentats du 13 novembre :
Près du stade de France, sur les terrasses et au Bataclan.

Leur souvenir nous honore et nous oblige.

_____________________________________________________________________________

" Passer pour un idiot aux yeux d'un imbécile
est une volupté de fin gourmet." -   
G. COURTELINE

ruth


Revenir en haut Aller en bas

Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants   2 - Page 37 Empty Re: Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants 2

Message par Kassandra88 Sam 13 Nov 2021, 09:31

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Kassandra88
Kassandra88
Administrateur du forum


https://legrele.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants   2 - Page 37 Empty Re: Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants 2

Message par ruth Sam 13 Nov 2021, 10:01

C'est aussi l'occasion de saluer le procès, avec une énorme logistique,  qui se déroule avec beaucoup de sérieux et de dignité.

Le Président Périès y est pour beaucoup et fait penser
F. Molins à cette triste période

_____________________________________________________________________________

" Passer pour un idiot aux yeux d'un imbécile
est une volupté de fin gourmet." -   
G. COURTELINE

ruth


Revenir en haut Aller en bas

Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants   2 - Page 37 Empty Re: Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants 2

Message par Lisetoct Sam 13 Nov 2021, 19:12

L'avocate qui dit que les tueurs sont des enfants de la République ? Ben non .
Ce sont des fanatiques religieux . On n'enseigne plus les guerres de religion et voilà le résultat. Evil or Very Mad

Lisetoct


Revenir en haut Aller en bas

Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants   2 - Page 37 Empty Re: Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants 2

Message par Lisetoct Sam 13 Nov 2021, 19:20

"Le Président Périès y est pour beaucoup et fait penser
F. Molins à cette triste période"
Ruth a posté.

C'est le même magistrat qui affirmait en 2012 que les tueries de Toulouse étaient l'oeuvre d'un loup solitaire . Encore un guignol qui n'a rien compris. Faut pas citer ce magistrat sans connaître son passé : la connaissance du passé est indispensable pour comprendre le présent.

Lisetoct


Revenir en haut Aller en bas

Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants   2 - Page 37 Empty Re: Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants 2

Message par Tristann Sam 13 Nov 2021, 22:24

Très intéressant :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_____________________________________________________________________________

Il n'y a pas de gens fidèles, c'est juste les occasions qui manquent
Tristann
Tristann


Revenir en haut Aller en bas

Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants   2 - Page 37 Empty Re: Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants 2

Message par Mike68 Dim 14 Nov 2021, 19:08

Lisetoct a écrit:"Le Président Périès y est pour beaucoup et fait penser
F. Molins à cette triste période"
Ruth a posté.

C'est le même magistrat qui affirmait en 2012 que les tueries de Toulouse étaient l'oeuvre d'un loup solitaire . Encore un guignol qui n'a rien compris. Faut pas citer ce magistrat sans connaître son passé : la connaissance du passé est indispensable pour comprendre le présent.

Bonsoir Lisetoct , ça serait pas la 1ère fois que Ruth écrit une c....... Laughing

Loup solitaire et (ou) "déséquilibré" , comme s'il n'y avait pas d'individus intelligents qui se fanatisaient -
On est pas sorti de l'auberge.....
Mike68
Mike68


Revenir en haut Aller en bas

Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants   2 - Page 37 Empty Re: Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants 2

Message par ruth Mar 16 Nov 2021, 14:40

Après cette interruption des 11/13 novembre, l'audience reprend avec un chercheur en Sciences Politiques,
Hugo Micheron. Ses travaux portent sur les djihadistes partis en Syrie et en Irak. Il a mené ses recherches dans ces zones et parle l'Arabe.
C'est fort intéressant.

(Live-tweets du procès par Charlotte Piret/Sophie Parmentier, Hélène Sergent, Guillaume Auda, Aurélie Sarrot)

_____________________________________________________________________________

" Passer pour un idiot aux yeux d'un imbécile
est une volupté de fin gourmet." -   
G. COURTELINE

ruth


Revenir en haut Aller en bas

Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants   2 - Page 37 Empty Re: Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants 2

Message par ruth Mer 17 Nov 2021, 12:29

Après F. Hollande, la cour entend aujourd'hui B. Cazeneuve,  alors ministre de l'intérieur.

Live-tweets du procès par Charlotte Piret/Sophie Parmentier, Hélène Sergent, Guillaume Auda, Aurélie Sarrot)

_____________________________________________________________________________

" Passer pour un idiot aux yeux d'un imbécile
est une volupté de fin gourmet." -   
G. COURTELINE

ruth


Revenir en haut Aller en bas

Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants   2 - Page 37 Empty Re: Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants 2

Message par ruth Mer 17 Nov 2021, 17:12

ruth a écrit:Après F. Hollande, la cour entend aujourd'hui B. Cazeneuve,  alors ministre de l'intérieur, ainsi que F. Molins, ancien chef du parquet antiterroriste.

Live-tweets du procès par Charlotte Piret/Sophie Parmentier, Hélène Sergent, Guillaume Auda, Aurélie Sarrot)

_____________________________________________________________________________

" Passer pour un idiot aux yeux d'un imbécile
est une volupté de fin gourmet." -   
G. COURTELINE

ruth


Revenir en haut Aller en bas

Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants   2 - Page 37 Empty Re: Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants 2

Message par ruth Jeu 18 Nov 2021, 15:08

La cour entend aujourd'hui différents intervenants de la DGSI.
Ils dressent un tableau global de l'EI et la futire cellule du 13 novembre.
ATTENTION  CONTENU CHOQUANT

Est notamment diffusée une vidéo de la mise à mort d'un pilote jordanien brûlé vif dans une cage.
Présent à cette exécution, Ossama Krayem, l'un des accusés actuellement dans le box.
D'autres documents comme des conversations Wahatapp avec sa sœur montre qu'il avait indubitablement reçu une formation en préparation d'explosifs.

Les deux kamikazes du stade de France étaient des Irakiens.


Live-tweets du procès par Charlotte Piret/Sophie Parmentier, Hélène Sergent, Guillaume Auda,
Aurélie Sarrot)

_____________________________________________________________________________

" Passer pour un idiot aux yeux d'un imbécile
est une volupté de fin gourmet." -   
G. COURTELINE

ruth


Revenir en haut Aller en bas

Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants   2 - Page 37 Empty Re: Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants 2

Message par Lisetoct Jeu 18 Nov 2021, 17:49

Au procès des attentats 13-Novembre, le témoignage de François Molins : « Même si on les redoutait, on n’était pas préparé à des attaques d’une telle ampleur »
L’ancien procureur de Paris a expliqué avec humilité les décisions qu’il a prises dans les heures et les jours qui ont suivi les attaques.
Par Pascale Robert-Diard


Dans le « Je me souviens » national de la tragédie du 13 novembre 2015, il y a la douceur d’une soirée d’automne juste avant, les heures d’angoisse et de terreur pendant, et la voix de François Molins après. Un accent de rocaille, une élocution sans éloquence, une alchimie singulière de retenue et de rigueur qui aimantaient à l’écran à « l’heure Molins », celle où le procureur de Paris livrait les premiers éléments de l’enquête sur les attentats qui ont fait 131 morts et des dizaines de blessés. C’était il y a six ans presque jour pour jour. Lorsqu’il s’est avancé à la barre de la cour d’assises spéciale de Paris, mercredi 17 novembre, tout est revenu. François Molins parle et on écoute. C’est un pli dont on ne se défait pas.
Avant lui, l’ancien ministre de l’intérieur, Bernard Cazeneuve, devenu avocat, avait livré pendant trois heures un plaidoyer impeccable mais terriblement lisse en faveur de son action à la tête de ses services. Les premiers mots de François Molins, aujourd’hui procureur général près la Cour de cassation, sont humbles. « Je voudrais dire deux choses en préambule : ces attentats terroristes n’ont pas pu être évités. J’ai toujours vécu ce type de situation comme un échec. Et tout n’a pas été parfait, loin s’en faut. Au parquet de Paris, on a fait, je crois, au mieux, en donnant le meilleur de nous-mêmes. » Il a aussitôt ajouté : « Je trouve normal de venir m’expliquer pour ça, car nous agissons au nom du peuple français. »

Le 13 novembre 2015, François Molins est l’un des tout premiers à se rendre sur les lieux des attentats. Lorsqu’il arrive aux terrasses de La Bonne Bière et du Carillon, « il est 22 h 15-22 h 30, il n’y a encore aucun enquêteur. Un brave brigadier du 11e arrondissement enlève son gilet pare-balles pour me le remettre. » La voix de l’ancien procureur de Paris chavire lorsqu’il évoque les scènes qui s’offrent à ses yeux. Il se reprend, raconte la suite. La chef de la section terroriste, Camille Hennetier – qui occupe aujourd’hui la place du ministère public à ce procès aux côtés de deux autres magistrats – le rejoint sur place, ils partent ensemble au Bataclan. « J’ignore tout du massacre qui est déjà en cours et de la prise d’otages. Nous arrivons vers 22 h 45. On installe le PC dans un bistrot avec le préfet de police de Paris, Michel Cadot, et le chef de la BRI, Christophe Molmy. A minuit, Molmy nous soumet le plan d’assaut. On va valider très vite ce plan. » Ils suivent l’assaut en direct sur la radio dont est doté le préfet, apprennent que tous les otages sont sains et saufs.
« Nombreux dysfonctionnements »
« Et là, on entre dans le Bataclan. C’est l’horreur. C’est dantesque. Je n’oublierai jamais cette dame, les cheveux coupés au carré, la tête posée sur un sac à main et ce téléphone portable qui sonnait, sonnait… Je ne sais pas si je n’arrivais pas à y croire ou si je ne voulais pas y croire, je suis rentré trois fois au Bataclan. »
Humble et soucieux d’expliquer, le témoin François Molins l’est encore face à la longue liste de questions qui hantent les familles des victimes. « J’ai juré de dire la vérité », dit-il. L’ancien procureur de Paris reconnaît les « nombreux dysfonctionnements » qui ont suivi, tant dans le processus d’identification des personnes décédées que dans la désorganisation de la prise en charge de leurs proches, qui relevaient des missions du parquet. « Il y a eu des doublons, des erreurs d’identification. Je mesure le caractère insoutenable que cela représente pour les familles. Mais on n’avait de cesse de ne pas aggraver les choses. » Il ajoute : « Même si on les redoutait, on n’était pas préparé à des attaques d’une telle ampleur. »
L’assaut de Saint-Denis, « ce n’est pas la meilleure opération. Tout le monde est un peu tétanisé après cette tuerie de masse face à des gens sans limites. Mais je n’émets aucune critique contre les gens du RAID qui ont risqué leur vie contre des terroristes »
Sur l’intervention jugée tardive de la BRI au Bataclan, François Molins observe : « Il est tout à fait légitime de se demander si on n’aurait pas pu faire mieux. Mais on n’est pas au Far West où on rentre dans un saloon avec des portes qui s’ouvrent et où on tire de partout. » Il assume aussi de ne pas avoir tenté d’interpeller les deux terroristes en fuite, Abdelhamid Abaaoud et Chakib Akrouh, dès que leur planque dans un buisson a été identifiée et d’avoir attendu qu’ils soient « fixés » dans un logement de Saint-Denis pour lancer l’assaut, le 18 novembre à 4 heures du matin. « On a estimé que le risque d’intervenir sur la voie publique était trop important. » Sur l’assaut de la rue du Corbillon, il convient : « Ce n’est pas la meilleure opération. Tout le monde est un peu tétanisé après cette tuerie de masse face à des gens sans limites. La porte ne saute pas et je ne sais toujours pas pourquoi. Il y a eu une volonté de l’unité qui consistait à saturer l’espace. Ils vont tirer, tirer, tirer. Mais je n’émets aucune critique contre les gens du RAID qui ont risqué leur vie contre des terroristes. »
L’ancien procureur ne fuit pas davantage les questions sur les failles du contrôle judiciaire dont ont pu tirer profit les terroristes, tant en Belgique qu’en France. « Dans notre examen de conscience, on s’est rendu compte que la politique pénale qu’on menait n’était pas tout à fait adaptée par rapport à des gens qui avaient rejoint Daech en vue de commettre des crimes contre des Français. Est-ce que les peines prononcées pour association de malfaiteurs terroristes sont les mêmes aujourd’hui qu’en 2012 ? Je ne pense pas. »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Lisetoct


Revenir en haut Aller en bas

Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants   2 - Page 37 Empty Re: Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants 2

Message par Lisetoct Jeu 18 Nov 2021, 17:59

Selon mon opinion, ce témoignage est accablant . Le problème est que ce sont des types qui n'ont qu'une vague idée de ce que représente le fanatisme musulman . Normal, ce sont des hommes jamais confrontés à ce totalitarisme musulman .
Depuis 2012, ils n'ont jamais rien compris ? Evil or Very Mad

Lisetoct


Revenir en haut Aller en bas

Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants   2 - Page 37 Empty Re: Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants 2

Message par Lisetoct Sam 20 Nov 2021, 16:44

PROCÈS DES ATTENTATS DU 13-NOVEMBRE
Au procès des attentats du 13-Novembre, la bureaucratie de la barbarie
Le procès est entré, jeudi, dans le cœur de l’enquête. Deux témoins ont décortiqué le fonctionnement de la cellule de l’organisation Etat islamique chargée de planifier les attaques et le parcours de certains de ses membres.
Par Soren Seelow


Pendant plus de six heures, schémas et tableaux se sont succédé sur l’écran géant de la cour d’assises spéciale de Paris. Après deux mois d’audience, le procès des attentats du 13-Novembre est entré, jeudi 18 novembre, dans le cœur de l’enquête. Deux agents de la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) ont décortiqué le fonctionnement de la structure chargée de planifier les attentats de l’organisation Etat islamique (EI) et le parcours de certains de ses membres. Des noms, des circuits de décisions, des fonctions hiérarchiques : la bureaucratie de la terreur racontée en graphiques.
Une vidéo amateur, diffusée à la fin de l’audience, a déchiré ce glacis administratif. Nous sommes près d’Alep, en Syrie, en février 2014. Au volant d’un pick-up bleu, Abdelhamid Abaaoud, un des tueurs des terrasses de café parisiennes, s’amuse devant la caméra : « Avant, on tractait (…) des grosses remorques remplies de bagages (…) pour aller en vacances (…) Maintenant, on tracte (…) les kouffar [mécréants]. » Le véhicule démarre, traînant derrière lui une dizaine de cadavres. Ses compagnons d’armes s’esclaffent : « Tire, mon frère, tire ces kouffar, regarde celui-là avec sa tête de Schtroumpf. » Abaaoud deviendra, quelques mois plus tard, un cadre important des « opérations extérieures » de l’EI en Europe.

A l’époque de ce film, le djihadiste belge est encore un simple combattant de la « brigade des immigrés », un bataillon redouté dans la région d’Alep, en raison de sa barbarie. Ses membres, dont une vingtaine de francophones, multiplient massacres, décapitations et « exécutions d’enfants » au nom de la charia. « Ce bataillon partait à la guerre comme en colonie de vacances », explique l’enquêtrice 1310SI, rapportant les propos d’une épouse de combattant. « Le djihad est pour eux une source de plaisir et d’amusement », poursuit-elle, notant « des comportements puérils » et « surtout dénués de toute humanité ».

« Une véritable industrie des attentats »


C’est au sein de ce bataillon que l’EI va recruter quelques-uns de ses hommes de confiance pour « projeter » des attaques hors de ses frontières. Quatre acteurs des attentats du 13-Novembre ont servi dans ses rangs, explique l’enquêtrice : Abdelhamid Abaaoud, Najim Laachraoui, l’artificier des ceintures explosives de Paris et de Saint-Denis, qui se fera lui-même exploser le 22 mars 2016, à Bruxelles, et deux kamikazes du Bataclan, Samy Amimour et Ismaël Omar Mostefaï.
Si l’organisation a abondamment puisé dans ce « vivier » de combattants aux pulsions incontrôlables pour mettre en œuvre sa campagne d’attentats, la structure qui chapeautait ses projets était, elle, d’une froideur méthodique. « L’EI a mis en place une véritable industrie des attentats projetés », explique l’enquêteur 948SI. Cette « industrie » de la terreur avait son administration centrale : la « cellule des opérations extérieures » (Copex), une structure secrète dont personne ne connaît le véritable nom, créée en 2014 par le numéro deux de l’EI, Abou Mohammed Al-Adnani, mort en 2016.
Un tableau, diffusé sur l’écran, récapitule les dix « portefeuilles » connus de la Copex. La liste donne un aperçu des priorités stratégiques et de l’ambition du groupe : « Turquie », « Tunisie », « Algérie », « Egypte », « Liban », « Europe », « Russie », « Arabie saoudite », « Iran » et « Explosifs ».
La structure est pyramidale : chaque portefeuille soumet ses projets à l’émir de la Copex, qui les transmet au « comité délégué » de l’EI, présidé par Al-Adnani, ce dernier les faisant redescendre après validation au « portefeuille » concerné. « Si la France a été visée à plusieurs reprises, rappelle l’enquêteur, elle n’est pas la seule. Entre 2013 et 2017, des opérationnels de l’EI ont été missionnés en Belgique, au Royaume-Uni, en Allemagne, en Turquie, au Liban, en Iran, en Arabie saoudite et dans plusieurs pays d’Afrique du Nord. »
Oussama Atar, émir de la Copex
La Copex a « quatre missions », poursuit le témoin : élaborer les attentats ; recruter des opérationnels ; les former au maniement des armes et aux moyens de communication sécurisés ; et enfin les infiltrer dans les pays cibles en leur assurant un soutien logistique.

Une fois sur place, les opérationnels disposent en revanche d’une « grande latitude » et ont « la charge de définir la cible, le mode opératoire et la date » de l’attentat. C’est « l’hypothèse de travail privilégiée » dans l’enquête sur le 13-Novembre, les terroristes en Belgique ayant « probablement » soumis les détails du projet à leur émir, en Syrie, « pour validation ».

Cet émir qui pilotait le projet depuis la Syrie s’appelle Oussama Atar, un djihadiste belge présumé mort suite à une frappe de drone en 2017 et jugé en absence au procès. En 2015, Al-Adnani avait placé cet ancien compagnon d’armes, considéré comme un des principaux commanditaires du 13-Novembre, à la tête de la Copex. Les deux hommes s’étaient connus dix ans plus tôt lors du djihad irakien, en 2004, où ils auraient appartenu à un même groupe « affilié à Al-Qaida », avant de « forger une relation de confiance » dans une prison irakienne.
Quand Oussama Atar rejoint le djihad syrien une décennie plus tard, en 2013, sa proximité avec le numéro deux de l’EI lui permet d’occuper des postes à responsabilité, notamment dans la gestion des otages occidentaux. Il aurait alors eu sous ses ordres deux futurs cadres intermédiaires des opérations extérieures : Najim Laachraoui et le Britannique Mohammed Emwazi, surnommé « Jihadi John », qui a participé à plusieurs décapitations d’otages. A la tête de la Copex, Oussama Atar aurait lui-même directement recruté deux accusés de ce procès pour commettre des attentats à Paris : le Pakistanais Muhammad Usman et l’Algérien Adel Haddadi.


Crime institutionnalisé

Début 2015, Abdelhamid Abaaoud délaisse son pick-up et « monte en grade ». Il intègre à son tour la Copex en tant que « cadre intermédiaire ». « Sous les ordres du Français Boubaker El-Hakim », l’adjoint d’Oussama Atar, il sélectionne et forme des candidats pour des opérations en Europe. A son actif pour la seule année 2015 : un projet d’attentat déjoué à Verviers, en Belgique, un attentat raté contre une église à Villejuif, le recrutement d’un djihadiste parisien pour perpétrer un attentat dans un concert de rock, l’attentat du Thalys, et enfin les attaques du 13-Novembre. Il sera tué cinq jours plus tard, à Saint-Denis.
Si Abaaoud est passé par un bataillon de sinistre réputation avant d’intégrer les opérations extérieures, d’autres acteurs des attentats du 13-Novembre ont été recrutés au sein d’une unité d’élite, la « Liwa As-Siddiq », créée en 2014 par Al-Adnani et considérée comme un autre « vivier » de la Copex. Selon l’enquêteur, c’est le cas d’un des accusés de ce procès : le Suédois Osama Krayem. Un extrait d’un film dans lequel il apparaît a été diffusé à l’audience : il montre l’exécution, insoutenable, d’un pilote jordanien brûlé vif dans une cage, en janvier 2015.


Contrairement à la vidéo d’Abaaoud, qui avait été subtilisée dans son téléphone par des civils syriens, avant d’être diffusée par des médias français, celle de Krayem est un pur produit de la propagande de l’EI. Extrêmement bien produit, ce film de vingt et une minutes multiplie ralentis et montages présentant cette mise à mort comme une dénonciation des victimes civiles des bombardements de la coalition. La première vidéo, volée, trahissait le visage grimaçant de la barbarie sans le vernis de la propagande. Celle-ci dévoile l’horreur assumée du crime institutionnalisé par l’EI.


Dernière édition par Lisetoct le Sam 20 Nov 2021, 16:58, édité 2 fois

Lisetoct


Revenir en haut Aller en bas

Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants   2 - Page 37 Empty Re: Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants 2

Message par Lisetoct Sam 20 Nov 2021, 16:53

PROCÈS DES ATTENTATS DU 13-NOVEMBRE
Au procès du 13-Novembre, le parcours vers le djihad du commando du Bataclan
Deux enquêteurs de la DGSI, vendredi, ont retracé la radicalisation de Samy Amimour, Foued Mohamed-Aggad et Ismaël Omar Mostefai. Seul ce dernier avait baigné depuis l’enfance dans un « environnement religieux fondamentaliste ».
Par Henri Seckel


En attendant de donner, en janvier 2022, la parole à ceux qui sont accusés d’y avoir contribué de plus ou moins près, la cour d’assises spécialement composée de Paris poursuit son exploration de la fabrique des attentats et s’intéressait, vendredi 19 novembre, au parcours de trois Français qui ne se connaissaient pas jusqu’à ce qu’un destin djihadiste les réunisse en Syrie, quelques mois avant qu’ils n’entrent ensemble au Bataclan, le soir du 13 novembre 2015 : Samy Amimour, Ismaël Omar Mostefai et Foued Mohamed-Aggad.
Leur radicalisation, leur départ et leur séjour en Syrie, puis leur retour en Europe étaient au sommaire des exposés arides de deux enquêteurs de la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) invisibles et anonymes. D’une pièce voisine, « 209 SI » et « 020 SI » – ainsi étaient désignées ces deux silhouettes cachées derrière des parois translucides sur les écrans de la salle d’audience – ont raconté trois chemins différents menant au djihad.


Celui du Parisien Samy Amimour d’abord, « un schéma classique de radicalisation 2.0 ». Lors de l’enquête, ses parents et ses sœurs ont évoqué un fils et un frère introverti, commençant à s’intéresser à la religion à l’adolescence. Internet était « sa seule fenêtre sur le monde », ce qui n’inquiétait pas ses parents : le temps qu’il passait devant son ordinateur était, pensaient-ils, la garantie que leur fils évitait les mauvaises fréquentations de la rue.
Tous ont noté un changement de comportement au début des années 2010 : Samy Amimour, devenu chauffeur de bus de la RATP en 2012 après un bac littéraire, s’est mis à évacuer ses amis non musulmans, à visionner des vidéos d’Oussama Ben Laden, à jeter ses disques et les bouteilles d’alcool de ses parents, à traiter ces derniers de mécréants et à estimer que la France ne permettait pas la pratique de l’islam.
Un « pays de mécréants où on fête Noël »
Contrairement à Amimour, « autodidacte qui construit sa connaissance sur Internet », Ismaël Omar Mostefai « baigne dans un environnement religieux fondamentaliste ». A la maison, hommes et femmes prennent les repas séparément. Le garçon frappe sa sœur si elle ne s’habille pas comme il faut et dénigre ce « pays de mécréants où on fête Noël et les anniversaires ». Connu des services français de renseignement dès 2009 pour son appartenance à la mouvance salafiste de Chartres, il y fréquente notamment Abdelilah Ziyad, un imam marocain impliqué – et condamné à huit ans de prison pour cela – dans l’attentat de Marrakech en 1994.
Quand Foued Mohamed-Aggad quitte son Alsace natale en 2011 pour Toulouse, il est encore, selon sa petite amie de l’époque, un « musulman non pratiquant ». Sa rencontre, à l’été 2013, avec Mourad Farès, l’un des recruteurs les plus efficaces de l’organisation Etat islamique (EI) en France, va entraîner sa radicalisation express. Il devient intransigeant et violent, fréquente un imam extrémiste à Strasbourg et adopte une lecture rigoriste du Coran.
Samy Amimour tente de rejoindre la Syrie une première fois en 2012, via la Somalie, mais est arrêté à Djibouti avec cinq autres candidatsau départ, et placé sous contrôle judiciaire. En septembre 2013, il cesse de pointer au commissariat. « On a compris qu’il avait quitté la France », explique « 209 SI ». Les mois précédents, il avait vidé ses comptes. Ses parents n’avaient rien vu : « Il a dit à sa mère qu’il partait en vacances dans le Sud pour trois semaines, comme l’année d’avant, donc elle ne s’est pas inquiétée de ne pas avoir de nouvelles. »
De son côté, la famille Mostefai a longtemps fait croire à tout le monde qu’Ismaël avait « déménagé à Dubaï », alors qu’elle savait bien qu’il était en Syrie. Mieux, elle a aidé sa femme à l’y rejoindre, en la conduisant à l’aéroport d’Oran, en Algérie. La sœur du futur terroriste a même hérité de la carte bancaire de son frère, qui continuait à recevoir sur son compte français les prestations de la Caisse d’allocations familiales. Amimour et Mostefai, réunis par une connaissance commune, sont entrés ensemble en Syrie, via la Turquie, en septembre 2013, et ne se sont plus quittés ensuite.

Rentrer en France « pour faire un sale coup »

Après avoir décollé de Francfort, en Allemagne, Mohamed-Aggad est arrivé trois mois plus tard, en décembre, avec une dizaine de djihadistes – le « groupe de Strasbourg », qui comptait aussi son frère Karim, actuellement détenu – recrutés par Mourad Farès. Deux sont morts rapidement, sept sont repartis au bout de quelques mois, lui est resté.
« Foued Mohamed-Aggad a toujours tenu sa famille au courant, il n’a jamais caché son destin », affichant sans scrupule son treillis et sa kalachnikov sur divers comptes Facebook. S’il devait rentrer en France un jour, expliquait-il par exemple à ses proches, ce serait « pour faire un sale coup ». Aucun élément n’indique que sa famille avait connaissance du projet du 13-Novembre, mais sa mère lui a versé de l’argent en Syrie et comparaîtra en 2022 pour « financement du terrorisme ».
On ne sait pas bien quand ni où a lieu la rencontre entre le dernier arrivé et les deux premiers. « Sans doute à Shaddadi [dans l’est du pays], courant 2014. Puis le trio se suivra. » Les exposés de « 209 SI » et « 020 SI » resteront succincts au sujet de leur activité en Syrie. Participation à des massacres au sein du même groupe de combattants, recrutement de jeunes femmes venues de France pour se marier, tournage de la vidéo de revendication où chacun égorge un prisonnier pour témoigner de son engagement pour la cause djihadiste. Ismaël Mostefai, du fait de ses connaissances en arabe et en matière religieuse, semble avoir atteint « un positionnement hiérarchique certain », plus élevé que celui des deux autres.
Les derniers messages envoyés de Syrie par les membres du trio à leurs proches datent du 24 août 2015, juste avant leur départ pour l’Europe, à partir duquel ordre leur est donné de se faire discret et de cesser les communications. On retrouvera ensuite leur trace dans le registre d’un hôtel de Budapest, où ils sont arrivés le 9 septembre sous de fausses identités. C’est là que Salah Abdeslam viendra les chercher en voiture pour les ramener en Belgique, deux mois avant les attentats.

Lisetoct


Revenir en haut Aller en bas

Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants   2 - Page 37 Empty Re: Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants 2

Message par ruth Mar 23 Nov 2021, 12:28

La cour entendra cette semaine des inspecteurs de police français, autrichiens et belges pour retracer le parcours de certains accusés.

Live-tweets du procès par Charlotte Piret/Sophie Parmentier, Hélène Sergent, Guillaume Auda,
Aurélie Sarrot)

_____________________________________________________________________________

" Passer pour un idiot aux yeux d'un imbécile
est une volupté de fin gourmet." -   
G. COURTELINE

ruth


Revenir en haut Aller en bas

Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants   2 - Page 37 Empty Re: Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants 2

Message par ruth Jeu 25 Nov 2021, 14:16

Dès aujourd'hui et jusqu'au 8 décembre, la cour entendra des enquêteurs belges.
Leur identité ne sera révélée, bien que la défense s'y soit opposée ces derniers temps.
Les Belges ont refusé ces conditions et la cour a tranché en leur faveur.

(Live-tweets du procès par Charlotte Piret/Sophie Parmentier, Hélène Sergent, Guillaume Auda,
Aurélie Sarrot)

_____________________________________________________________________________

" Passer pour un idiot aux yeux d'un imbécile
est une volupté de fin gourmet." -   
G. COURTELINE

ruth


Revenir en haut Aller en bas

Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants   2 - Page 37 Empty Re: Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris ... et les suivants 2

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 37 sur 38 Précédent  1 ... 20 ... 36, 37, 38  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum